Le petit voilier

Pourquoi il lui appartient deux fois ?

Les vacances sont enfin arrivées ! Jeff les attendait avec impatience depuis longtemps. Il voulait dormir et avoir beaucoup de temps pour son loisir.
Enthousiaste, il a travaillé plusieurs jours à la construction d'un voilier. Son père l’avait même autorisé à se rendre dans son atelier.
La dernière chose à faire a été de peindre le voilier avec de la peinture rouge et bleue. Sur les trois mâts, il a suspendu une voile blanche.
Fièrement, il est parti avec son petit voilier sur le rivage et l'a laissé glisser sur les vagues.
Il n'avait pas vu qu'une bande de garçons l'observait et s'était approchée de lui.
"T'as construit ce machin toi-même ? On va te le prendre et le faire naviguer."
Avant que Jeff n'ait pu dire un mot, il fut poussé dans les roseaux. Quand il se releva, le gang était parti et son voilier aussi.
Au bord des larmes, il rentra chez lui.
Les semaines passèrent. Un jour, Jeff aperçut un voilier dans une vitrine.
"Papa, c’est mon voilier !"
"T'en es certain ?", lui demanda son père.
"Oui, j'en suis sûr. Tu ne vois pas la marque sur la proue ?"
Jeff courut dans le magasin en direction de la vendeuse: "Ce voilier ne vous appartient pas. Il est à moi !"
Le père de Jeff expliqua tout.
"J’ai acheté ce voilier à un groupe de garçons. Je te propose un marché : je te vendrai le voilier pour le montant que j’ai payé."
Jeff accepta et paya le voilier qu'il avait lui-même construit.
"Petit voilier, maintenant tu m'appartiens deux fois. D'abord je t'ai fabriqué, et ensuite je t'ai acheté."
"Est-ce que tu appartiens également à Dieu deux fois?", lui demanda son père.
"Pourquoi deux fois ?"
"Bien, Dieu a créé l'homme, mais ensuite l'homme s'est éloigné de lui à cause du péché. Lorsque Jésus est mort sur la croix, il a payé de sa vie pour que nous puissions appartenir à Dieu à nouveau."
"Et comment puis-je savoir si j'appartiens deux fois à Dieu?"
"Demande à Jésus de pardonner tous tes péchés. Demande-lui de venir dans ta vie et tu seras alors un enfant de Dieu. Ainsi, tu lui appartiendras deux fois. "
;